Le poète , le coquelicot et l’abeille (conte)

par hervé Dalle Nogare  -  9 Février 2016, 21:16

Le poète , le coquelicot et l’abeille

 

Allongé

Sur le dos

Au milieu d’un champ de blé

Un poète fredonna, 

En regardant la nage des nuages

Ces quelques mots

A capela

« Que la vie est belle !»

 

« Que la vie est belle ? »

S’interrogea un coquelicot

Ayant entendu la douce ritournelle

« Oh oui, la vie est belle aujourd’hui

Sous ce ciel où  le soleil luit »

Se dit-il accueillant sans peine

Sur ses étamines gonflées de pollen,

Cette merveille,

Une innocente et laborieuse abeille

 

« La vie est…. belle ? »

Se questionna l’insecte étonné

Les flancs couverts de poudre ambrée

 

« Mais bien sûr, la vie est belle »

Bourdonna-t-elle

Voyant ses sœurs ensemble œuvrer

De toutes leurs ailes,

Vers l’essaim suspendu

D’un arbre perdu.

 

Le centenaire tout rabougri

Le regard alourdi par ses souvenirs,

Savait de sa forêt l’état critique

Face aux scies mécaniques.

 

Entendant ce chant mirifique

Il se mit à réfléchir :

« La vie, finalement, 

Est-elle si belle 

Que cela ? »

 

Tournant ses yeux

D’écorce ridée

Vers des nuages ensoleillés

Il vit mille filles d ‘Aristée

Ça et là,

S’envoler vers le clair des cieux

Vrombissant à tue tête à qui le veut

« La vie est belle, la vie est belle »

 

« Mais, oui, que folle jeunesse

A raison dans son infinie ivresse!

Plus que tout, à foison

La vie est belle , ici, 

Dans ce bel aujourd’hui »

Chantonna le ragaillardi

De toutes ses feuilles reverdi

 

Chaque herbe, chaque épi, chaque fleur

Par ses travailleuses célestes visités

Entonnèrent cette douce romance

 

Si bien que le vent lui même

Passant par bonheur

Dans sa royale errance

Se mit à colporter ce petit air de bohème

Par-dessus les temps et les tourmenteurs

Jusque dans le cœur d’une ville et d'une époque lointaine…

…..........................

 

(Dans un autre temps, lointain...)

« Tiens », se dit un chaland

Sentant le vent et le pollen

« On dirait que la vie est revenue

Là, en plein milieu de la rue !».

Déconnectant son espèce de téléphone sonnant

Et trébuchant en mode absence,

Il pensa « Quelle divine Présence !»

……

 

(Revenons au temps du Poète..)

 

Tout prêt du poète,

Dans un rêve parti,

Deux amants vagabondant

Se serreraient de tous leurs bras.

Ils s’arrêtèrent quelques instants,

Près de l’arbre rajeuni,

Du coquelicot épanoui,

Et des blés de colza mariés et jaunis,

 

« Oh mon aimée

Ne trouves tu pas

Que la vie est belle,

Ici ? » 

Dit l’amoureux transi

A son amoureuse attendrie.

« Et si nous faisions un bébé ? »

 

Alors le poète émerveillé

De sa tendre rêverie

Sur la pointe des pieds

Laissant les amants s’enlacer

S’en alla l’âme réjouie

 

Sur le souffle d’un aimable mystère

Dans son cœur il écrivit

«  Que la vie est belle, ici,

Sur cette terre

d’aujourd’hui

De bleu, de vert et de jaune unie… 

 

Ah, mes petits amis

Mes enfants d’ici et d’ailleurs

Mes enfants de maintenant et de demain

Aimer et protéger les fleurs

Aimer et protéger les abeilles

Ce sont elles, oh merveilles

Qui nous donnent le miel et le fruit

Ce sont elles

Qui nous amènent toute la vie »

...........................

(Le poète eut quelques larmes à l’idée que la folle idée de Puissance de quelques Hommes sans âme avaient le pouvoir d’arrêter cette danse millénaire….Mais il avait foi en la poésie et l’innocence des enfants, des amants et de certains savants …Ce sont bien souvent les mêmes personnes. Et bien oui ! Les amants sont des enfants, les enfants sont des savants et les savants sont des amants. ….

Il reprit son long voyage le cœur allégé par la joie et l’amour de la vie et des mots que le ciel lui donnait à voir, à écouter et à redonner à tous ceux par aventure croisés…)

……

(dans cet autre temps lointain )

Revenu

En chantant

Dans son quartier sans avenue

Peuplé d’usines fermées

et de squares cimentés

Le chaland,

Toujours sentant

Comme un renouveau

Venu du vent et de son cerveau

Eut cette idée impensable

Qui marqua le début incroyable 

Du retour des abeilles

Dans le cœur des citées abandonnées

 

 

« Et si sur le toit de ma résidence,

Un peu délabrée et sans électricité,

J’installai quelques ruches en permanence ?

Avec mon aimée qui attend un bébé

Nous ferons de la cire des crèmes, des chandelles

Et j’en suis sûr

Ma famille aimera le miel … »

 

Il appela :

« Jibril , Alfred, Théodora, Aman, Amina, Hippolyte, Thang !

Vite trouvons un abécédaire,

Un dictionnaire,  

Des poèmes

Trouvons, 

Le mot Abeille, le mot Apiculture...

Les abeilles à fière allure

reviendront,

j'en suis sûr!"

 

 Sur les étagères

d'une école désertée….

ils trouvèrent 

ces quelques feuilles de papiers....

 

Quelques semaines passées

vint à fleurir entre deux tuyaux 

non sans peine, 

un joli coquelicot....

Personne ne put l'expliquer,

Mais une abeille vint bourdonner

de toutes ses ailes réveillées....

Elle repartit gonflée de pollen....

 

"Papa, que la vie est belle, sur cette terre..."

dit l'enfant du chaland.

"Mais que fais tu mon père?

"J'écris un poème pour ta maman"......

 

HDN 2016

 

………………….. 

 

 

 

Qu’elle est la belle la vie

Ici

Sur cette terre

Malgré cette nuit

Qui veut nous faire taire

 

Qu’elle est belle la vie

Sur cette planète

Qui contre vents et marées

Ne dira « je m’arrête »

Que dans des millénaires

 

Qu’elle est belle la vie

Dans ce paradis

Que de beauté

A vivre ici

 

Que toutes les femmes sont belles

Avec leurs enfants et leurs coquetteries

Que tous ces hommes sont beaux

Avec leurs forces et leurs tendres rêveries

 

Que de beauté

A vivre ici

Quand on aime plus soi

Le rêve,

le libre d’aimer, le libre de désirer

La bonté du partage et l’infini du pardonner

La musique, la lumière et la Poésie….

 

A tout prendre en ces temps sans voix

où raisonnent cris et effrois

S’il faut nous choisir une voie

Rester ou partir,

Construire,

Vaisseau, station,navette

 Ou reconstruire notre planète

Ces tendres mots là

Sont bien la carène et les mâts

D’une arche magnifique

 

Ainsi

Notre humanité

Pourra éternellement traverser

Toutes les frontières des guerres ou de l’univers

Donnant aux enfants de nos petits enfants

La possibilité de redécouvrir une Ile….

Celle des hommes

Celles des femmes

A jamais unis dans la paix de l’âme

Et l’amour de la Vie

 

Protéger les fleurs sauvages

Protéger les abeilles souveraines

Apprenez des poésies

C’est Ainsi que les abeilles et les coquelicots reviendront

Dans nos pays dévastés

…. HDN Kourou, dernière cité avant l’espace… Le 9 Février 2016

Le poète , le coquelicot et l’abeille  (conte)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

florent 10/02/2016 06:58

Toujours très beau. La vie est belle... Oui de toutes façons. La mort n'arrive pas encore à me séduire alors je préfère la vie.... de toutes façons.